Lorem ipsum dolor
sit amet...
Class aptent taciti sociosqu ad litora torquent per conubia nostra per inceptos himenaeos. Sed ultrices, risus semper venenatis tempus massa tortor fermentum justo,

Pêche à Petite Echelle (PPE)

Pour ICSF, l’un des enjeux clés de ce processus est qu’une reconnaissance complète soit donnée aux droits des pêcheurs et de leurs communautés, afin de préserver leurs moyens d’existence traditionnels, basés sur des pratiques de pêche durables et des conditions justes et équitables. Pour cette raison, ICSF a accueilli positivement l’attention donnée à la pêche à petite échelle et aux communautés de pêche dans le Livre Vert.

La note de briefing de l’ICSF « La Politique Commune de la Pêche dans l’Union européenne et la pêche à petite échelle : Paver le chemin vers des modes de vie durables et des communautés de pêche dynamiques » donne une vue d’ensemble des enjeux pour la pêche à petite échelle et les communautés de pêche.

L’atelier de Bruxelles sur la réforme de la PCP organisé par ICSF et ses partenaires le 28 septembre 2009 a abouti à une déclaration qui dresse une « feuille de route » des problèmes devant être traités dans le processus de réforme de la PCP afin que les pêcheries de petite échelle puissent pleinement exploiter leur potentiel.

La contribution d’ICSF au processus du Livre Vert répond directement aux questions soulevées par le Livre Vert, en se focalisant sur la pêche à petite échelle.

La pêche à petite échelle représente une majorité écrasante de pêcheurs dans tous les États membres de l'UE. Elle inclut un large éventail d'activités. Au niveau de la pêche de subsistance, des activités à forte intensité de main d'œuvre, saisonnières, peuvent fournir des sources additionnelles importantes de nourriture et de revenus aux familles de pêcheurs. D'un autre côté, des activités à haut profit, semi-industrielles, utilisant des technologies de pêche intensives peuvent avoir des effets considérables sur l'environnement, avec les implications pour le développement durable que cela suppose.

Les pêcheries à petite échelle sont généralement de type communautaire et familial, dans une société traditionnelle ou dominent les connaissances et la culture locale. Environ 100.000 pêcheurs, principalement des hommes, sont employés dans ces pêcheries comme membres d’équipage. Les relations de travail sont souvent basées sur la coopération et les réseaux locaux, où le partage des tâches et des bénéfices est important. Bien que ce soit les hommes qui dominent dans les activités de capture, les femmes jouent un rôle essentiel dans les activités à terre. Les femmes sont un maillon clé entre les activités de pêche en mer, les activités à terre et la distribution des bénéfices au sein de la communauté et de la société dans son ensemble.

Pour l’heure, au niveau européen, il n’existe pas de consensus sur la pêche à petite échelle, mis à part le fait que les unités de 10 mètres au plus sont effectivement considérées comme pratiquant ce type de pêche. La question des critères à retenir pour définir la pêche artisanale a fréquemment donné lieu à des controverses, des polémiques, des divisions, par exemple dans le cadre de l’OMC lors des négociations de Doha relatives aux Règles pour les subventions à la pêche, où après plusieurs années de discussion, il n'est toujours pas possible d’atteindre un consensus.

Ceux qui défendent les intérêts de la pêche à petite échelle doivent donc impérativement s’impliquer dans le processus de réforme en cours pour s’assurer que les critères servant à définir ce secteur d’activité reposent sur des données objectives et pertinentes qui ne se limitent pas à la dimension physique et aux capacités de capture. On veillera à ce que la notion de pêche artisanale prenne clairement en compte les liens économiques et sociaux qui font de ce secteur un élément fondamental de la vie économique, du tissu social et des traditions culturelles des communautés côtières.

 

Au niveau mondial, le secteur de la pêche à petite échelle emploie le plus grand nombre de pêcheurs et de travailleurs de l’aquaculture, surtout en tant que propriétaires indépendants, membres d’équipage et travailleurs occasionnels, dont les gains du travail sont souvent composés d’une part des captures. On estime que 75% des opérations de pêche au niveau mondial sont le fait de la pêche artisanale et de la pêche à petite échelle, et le plus grand nombre de pêcheurs et d’aquaculteurs - plus de 85% du total mondial - vivent en Asie.

La pêche à petite échelle ou artisanale montre de nombreux avantages par rapport à la pêche à grande échelle ou industrielle, en ce qui concerne son relativement faible impact environnemental et son importante dimension sociale. La pêche artisanale constitue des moyens d’existence variés, interdépendants, et liés à des activités à terre. A travers une multitude de liens en amont et en aval, la pêche fournit un nombre significatif d’emplois indirects. Le poisson constitue également un aliment riche en protéines et en nutriments essentiels, accessible à toutes les bourses et irremplaçable, spécialement pour des populations vulnérables. Mises ensemble, ces caractéristiques permettent à la pêche artisanale d’apporter une contribution vitale aux économies locales, à la sécurité alimentaire et au commerce, ainsi qu’au tissu social et culturel des sociétés.

Efficacité des pêches maritimes: Comparaison entre la pêche industrielle et la pêche artisanale


D'après Thomson, D. Conflict within the fishing industry ICLARM Newsletter 3(3) 3-4 1980 ; The Hidden Harvests (World Bank/FAO/World Fish Center 2010)

La pêche, un travail physique parmi les plus durs, les plus risqués, où le nombre d’accidents est parmi les plus élevés, dépend d’abord du travail des hommes pour capturer le poisson. Le rôle et le travail (rémunéré ou non) des femmes dans la pêche et dans la vie des communautés et des réseaux sociaux, même s’il est indispensable, n’est pas souvent pris en compte.

Ces aspects sont soulignés par le rapport de la FAO de la Conference Mondiale sur les Pêches Artisanales – Associer la pêche responsable au développement social, Bangkok, Thaïlande, 13-17 octobre, 2008.

ICSF et la participation des travailleurs de la pêche

Les pêcheurs, qu’il s’agisse de pêche à petite ou grande échelle, ont le droit légitime et essentiel de prétendre à des moyens d’existence décents et durables. L’historique Conférence des Travailleurs du Poisson et de leurs Associés, tenue à Rome en 1984, fut sans doute la première plateforme qui permit aux pêcheurs à petite échelle et à leurs communautés de revendiquer leurs droits et de faire entendre leurs opinions, problèmes et visions. Ceux-ci furent traduits dans ce qui fut sans doute le premier manifeste mondial de la pêche à petite échelle, le Rapport de la Conférence de Rome.

Par la suite, et depuis sa création en 1986, le Collectif International d’Appui à la Pêche Artisanale (ICSF-CIAPA) soutient que la pêche à petite échelle basée sur la communauté est la meilleure option pour promouvoir des pêcheries socialement et économiquement équitables, et environnementalement durables ; buts qui ne pourront être atteints que si les travailleurs de la pêche sont adéquatement engagés dans un processus d’information, de consultation et de participation aux processus de décisions politiques et de gestion.

Il est également important que le processus de réforme prenne en compte d’autres processus politiques internationaux, dont le « Processus de Bangkok » initié par la FAO qui est d’une importance particulière. En octobre 2008 la FAO fit le pas décisif d’organiser la Conférence Mondiale sur la Pêche à Petite Echelle (4SSF) à Bangkok, où une centaine de personnes représentant la pêche à petite échelle, les communautés indigènes et leurs supporters, en provenance 36 pays, signèrent la Déclaration de Bangkok sur la pêche à petite échelle.

Les réunions du Comité des Pêche (COFI) de la FAO qui s'en suivirent (COFI 28 et COFI 29) débattirent des résultats de la Conférence 4SSF et des consultations régionales. Le COFI 29 a approuvé le développement d'un nouvel instrument international sur les pêches artisanales, qui se baserait sur les instruments existant pour venir compléter le Code de Conduite pour une Pêche Responsable. Le Comité a convenu que le nouvel instrument sera de nature volontaire, couvrira tant la pêche maritime que continentale et se concentrera sur les besoins des pays en développement. Il a recommandé que toutes les parties prenantes soient associées, le cas échéant, à son développement.